Editorial

15 août 2020
Lourdes en Alsace

 5 juillet 2020

14ème Dimanche du Temps Ordinaire

Ce que tu as caché aux sages et aux savants…

 

« Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. » (Mt 11, 25). Dans une récente homélie, le pape François salue ce qu’il appelle le concret des petits : Il est beau d’écouter les petits quand ils viennent se confesser. Ils ne disent pas des choses en l’air ; ils disent des choses concrètes, et parfois trop concrètes, avec cette simplicité que Dieu donne aux petits. Je me rappelle un enfant qui, une fois, est venu me dire qu’il était triste parce qu’il s'était disputé avec sa tante… Comme elle l’empêchait d’aller jouer au ballon, il a fini par l’envoyer promener ! L’enfant m’a même précisé le nom du pays où il l’avait envoyé promener. Ils sont ainsi : simples, concrets !

 

Nous aussi, soyons simples, concrets. Le concret te conduit à l’humilité, parce que l’humilité est concrète. Dire : nous sommes tous pécheurs est abstrait. Non : Je suis pécheur, à cause de ceci, de cela… C’est cela qui provoque en moi la honte de regarder Jésus. Elle est là, la véritable attitude du pécheur. « Si nous disons : 'nous n’avons pas de péché', nous nous abusons, la vérité n’est pas en nous » (1 Jn 1,8). Et une façon de dire que nous sommes sans péchés est cette attitude abstraite. Il faut donc dire : Oui, je suis pécheur, oui, j’ai perdu patience… Nous disons trop souvent : je suis désolé, je suis désolé… je ne veux plus le faire, je ne veux plus le dire, je ne veux plus le penser. Mais il est important qu’en nous, nous donnions un nom à nos péchés. Le concret. Car si nous restons en l’air, nous finirons dans les ténèbres. Devenons comme les petits, qui disent ce qu’ils sentent, ce qu’ils pensent : ils n’ont pas encore appris l’art de dire les choses en les enveloppant. C’est un art des grands, qui parfois ne nous fait pas du bien. Nous aussi, avec le Seigneur, ayons la liberté de dire les choses comme elles sont. Avoir cette sagesse du concret. Parce que le diable veut que nous vivions dans la tiédeur ; tièdes, dans la grisaille. Ni bons ni méchants, ni blanc ni noir, mais gris. Le Seigneur n’aime pas les tièdes. Du concret, pour ne pas être menteurs. Il nous pardonne quand nous sommes concrets. La vie spirituelle est si simple, mais nous la rendons si compliquée avec ces nuances…

 

Extraits de l’homélie du Pape François intitulée Le concret et la simplicité des petits, 29 avril 2020

Dominique Boillat, EAP

 

Abonnez-vous à notre feuille de communauté en cliquant sur le bouton ci-dessous

© 2020 by Cathoselestat

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now